Au Nord de la Colombie, Santa Marta fut la 1ère ville construite par les Espagnols en Amérique du Sud au début du 16ème siècle. Sa situation géographique est assez exceptionnelle : d’un côté l’atmosphère tropicales de la mer des caraïbes et de l’autre l’impressionnant massif de la Sierra Nevada où culminent des Nevados à près de 5800m d’altitude. Le vieux centre a gardé ses vieilles maisons coloniales dont les façades aux couleurs chaudes sont le terrain des artistes locaux : affichages de messages de lutte ou de résistance, immenses peintures murales en hommage aux peuples indigènes de la région. L’ambiance est très festives que ce soit sur le front de mer, très animé en soirée ou les ruelles du centre et particulièrement la Plaza de los Novios : musique live, groupe et danseurs de rue, artistes de cirque, défilés de mode, sound système. Si l’on ajoute les quelques monuments d’époque, les nombreux artisans ambulants et la chaleur ambiante, Santa Marta est un lieu à découvrir pour se poser tranquillement, se mettre au rythme des Caraïbes avant de continuer sa route vers Cartagène ou plus à l’Est vers les espaces désertiques de la Guajira.


À voir, à faire

LES MONUMENTS

Le principal monument est la cathédrale Santa Marta, inspiré du néoclassicisme français. Imposante, blanche immaculée, elle peut se visiter pour découvrir la haute nef et sa coupole aux vitraux colorés. Autres bâtiments dans le même style : le palais de justice, l’église San Francisco ou le musée de l’or avec ses balcons en bois.

LE FRONT DE MER

Longue plage entre le port commercial et le port de plaisance et de pêche. Une promenade suit le sable jusqu’à l’esplanade devant de le port de plaisance où on peut boire un coup. Là, des bâtiments très modernes dont la surprenante maison de Dimar au pied d’un haut immeuble de verre.

LE STREET ART

Vraiment de nombreuses œuvres à découvrir dont certaines couvrent jusqu’à 20m de mur ou des façades d’immeuble de plus de 10m. Des affichages aussi, notamment au bout de la carrera 3, reflétant à la fois la résistance des peuples indigènes et les luttes sociales passées. On trouve des affiches de la Linterna de Cali, caractéristique des imprimeries du 19ème siècle. Et même des statues vivantes, en mode Rambla de Catalunya de Barcelone, vues sur la Plaza de los Novios en soirée.

LES ARTISANS

Vendeurs ambulants de bijoux et de sac Wayuu essentiellement, un peu partout dans le centre mais beaucoup autour de la Cathédrale et dans la carrera 3 à nouveau.

LES LIEUX ANIMÉS

Tout particulièrement le front de mer où déambulent beaucoup de monde en permanence, la carrera 3 et la plaza de los Novios avec les artisans, les bars, des musicos et du gros son le soir. Animations une bonne partie de la nuit.


Pour explorer plus

Le Parc de Tayrona est tout proche, bus pour s’y rendre depuis le Mercado Publico (voir carte). Probablement de belles plages mais un site ultra touristique, très fléché, très encadré… pas trop fan. Mieux vaut filer en Guajira par Palomino puis surtout Cabo de la Vela et la Punta Gallinas.

Plus au Sud, au pied de la Sierra Nevada, on peut rejoindre en 45′ de bus le village de Minca pour se poser dans la forêt tropicale et randonner tranquillement.


Cartes et logistique

Depuis l’aéroport de Santa Marta, prendre un taxi (33.000 pesos aujourd’hui, prix fixe) ou un bus bleu qui file au centre ville pour 2000 pesos. Le vieux centre intéressant se trouve entre la calle 12 et 22 et entre le front de mer et la carrera 5. Fatima Hostal, plein centre, propose des chambres propres pour 60.000 pesos.

Dézoomer pour voir la situation de l’aéroport plus au Sud.


Voir en plein écran


Images de Santa Marta