Ça joue et ça danse Parque Berrio

En pleine montagne, s’éloignant progressivement des années noires des cartels de drogue, Medellín présente quelques atouts originaux et particulièrement son centre ville très vivant, les œuvres de Botero qui sont exposées à l’air libre et des quartiers largement investis par les artistes de rue : Poblado avec sa galerie à ciel ouvert et la Comuna 13, plus pauvre et populaire, mais en plein développement grâce aux actions des associations locales dirigées vers les jeunes, le rap, le break-danse et le graffiti. Autre avantage, la présence d’un métro, certes super bétonné mais très efficace, qui rend la visite de la ville du nord au sud et d’est et ouest très facile et rapide. Il y a même plusieurs téléphériques, les lignes de « metro cable » permettant de prendre de la hauteur et de dominer la cité. Enfin quelques musées et attractions culturelles complètent la liste de ce qu’il y a à faire à Medellín. Une destination donc plutôt intéressante et d’ailleurs de plus en plus fréquenté par les colombiens, notamment les habitants de Bogotá lors des week-ends prolongés, comme c’était le cas ce jour-là.


À voir, à faire

VIEUX CENTRE

C’est le quartier de la Candelaria, en gros la zone située autour de la Calle 50 entre le rio et le métro, à quelques rues près. Beaucoup de monde, de l’animation, des boutiques et marchands de rue dans tous les sens. Pas mal de mendiants aussi et de prostituées particulièrement autour de la plaza de Botero.

  • La place de la mairie, architecture moderne hyper-bétonnée et impressionnante sculpture de Rodrigo Arenas Betancourt.
  • Le parque de las Luces juste en face, agréable, avec ses bouquets de bambou
  • La rue piétonne Carabobo, très commerçante, qui remonte vers le Nord et le Palais National reconverti en galerie marchande (!)
  • La Plaza Botero avec la vingtaine de sculptures en plein air, impressionnant
  • Le musée d’Antoquia, pas si mal avec un étage réservé aux peintures de Botero (21.000 pesos)
  • Le parc Berrio, typique et avec souvent des musicos et de la danse en mode spontané, face à la Basilique de la candelaria

COMUNA 13

Il s’agit d’un quartier populaire à l’Est de Medellín qui fut, dans les années 90′, la scène de grandes violences entre narco-traficants, paramilitaires et guérilleros. Puis le quartier s’est apaisé pour finalement renaitre grâce notamment aux jeunes et au mouvement hip-hop, initiant le renouveau urbain. Même si le quartier est sûr et peut se visiter seul, il est très intéressant de suivre le Graffiti Tour avec la Casa Kolacho pour comprendre le passé et l’évolution du quartier.

En gros, il y a une rue qui remonte jusqu’au escalators et une rue en balcon qui traverse le quartier dans sa partie haute. Là on trouve de nombreux graffitis, des petites boutiques d’artisanat, des galeries d’art et des groupes de break ou de rap qui se produisent en direct. Ambiance très conviviale et détendue même si la fréquentation peut être très forte le week-end.

Les contacter directement par téléphone pour réserver une visite à 9h ou à 13h pour 35.000 pesos à ce jour (visite en espagnol, transport inclus, 3 heures environ)

POBLADO

Quartier plus riche au Sud de la ville, à l’Est du rio, au niveau de la station de métro du même nom. On y trouve pas mal de petits hôtels ou auberges pas très chers. le soir c’est bien animé notamment dans Provenza, un peu plus haut sur la Calle 10. Mais l’intérêt principal est surement la galerie de street art à ciel ouvert : le long de la Calle 10, de la station de métro jusqu’en haut, en levant les yeux, on peut découvrir de splendides graffitis aux dimensions spectaculaires. Dans les petites rues perpendiculaires, en cherchant un peu, on en trouve plein d’autres, sur les murs ou les façades des maisons.

AUTRES

Parc Explora : une sorte de mini cité des sciences assez intéressante avec un aquarium d’eau douce, un vivarium et plusieurs salles thématiques sur l’esprit, la musique, le temps et la mise en scène. Dehors, une salle à ciel ouvert avec de nombreuse expériences à faire soi-même et quelques dinosaures qui trainent par là. (32.000 pesos)

Parque Arvi : depuis la station Acevedo, on peut enchainer 2 lignes de Metro Cable pour gravir la montagne et rejoindre le plateau supérieur où se trouve le parc Arvi. Si les vues depuis le téléphériques valent le coup, le parc en lui-même ne présente que peu d’intérêt. Les sentiers qui pourraient être intéressants sont fermés…


Pour explorer plus

Graffiti Tour avec Casa Kolacho pour suivre la visite guidée avec des artistes locaux investi pour le développement du quartier.

Leur page Facebook

Pour avoir une présentation plus détaillée de la Comuna 13, se rendre sur le site de monvoyageencolombie.com

Voir la page


Carte et logistique

Depuis l’aéroport, prendre un bus (13.000 pesos) qui en 30 à 45′ nous dépose dans le Sud du Centre, près de la station de métro d’Exposiciones (voir plan). De là, l’idéal est d’utiliser le métro. Pour cela, il fait acheter une carte de transport (6000 pesos) sur laquelle on recharge ses trajets (2940 pesos par trajet). Le Metro Cable est inclus sauf la ligne qui monte au Parque Arvi depuis Santo Domingo (11.000 pesos l’aller).

Dézoomer la carte pour voir Comuna 13, Poblado, Parque Arvi et la situation de l’aéroport.


Voir en plein écran


Images de Medellin

Le centre ville et les vues depuis le Metro cable


Comuna 13, ambiance et graffitis


La galerie à ciel ouvert de Poblado